Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Surveillance de l'abus de substances illicites (addictions)


La santé au travail doit s'occuper de tous les problèmes liés au travail, ce qui englobe l'alcool, le tabac et les drogues. En effet, on risque d'abuser de ces substances addictives non seulement dans sa vie privée, mais aussi dans le cadre du travail.

L'abus d'alcool et de drogues sont responsables p.ex. d'une augmentation de la fréquence et de la gravité des accidents du travail et une augmentation des absences pour cause de maladie. La Direction de la Santé encourage tous les services de santé au travail à réaliser des campagnes de sensibilisation et d'information médicale sur les risques liés à l'alcool, le tabac et les drogues de propose à soutenir les travailleurs concernés dans le cadre du travail.

Alcool

Le Code du Travail (section protection sécurité et santé des travailleurs) stipule que l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail dans tous les aspects liés au travail. Ceci inclut les problèmes en rapport avec l’alcool au travail.

La Division de la santé au travail encourage tous les services de santé au travail à réaliser des campagnes de sensibilisation et d’informations concernant l’alcool sur le lieu de travail. Les différents médecins du travail prennent en charge, si besoin, le problème de l’ivresse sur le lieu de travail et orientent les alcooliques chroniques vers des structures spécialisées en proposant et organisant une désintoxication (cures d’alcoolisme). La Direction de la Santé a élaboré avec le Conseil National Luxembourgeois d’Alcoologie un guide à destination des supérieurs hiérarchiques pour aider à reconnaître une personne qui présente des problèmes précoces d’alcoolisme et comment gérer les entretiens en la matière.

Tabac

La loi du 11 août 2006 relative à la lutte antitabac précise que l’employeur doit protéger les travailleurs contre les émanations résultantes de la consommation de tabac d’autrui. Ceci a incité un grand nombre d’entreprises à trancher la question du tabagisme par règlement interne.

La Division de la santé au travail encourage tous les services de santé au travail à réaliser des campagnes de sensibilisation et d'informations médicales auprès des travailleurs sur les risques du tabac et les bénéfices de l'arrêt du tabagisme. Les services de santé au travail apportent leur soutien en proposant les dispositifs d’aide à l’arrêt du tabagisme pour les fumeurs désireux d’arrêter. Ces aides au sevrage peuvent être faites en interne et/ou en externe selon les modalités mises en place par le Ministère de la Santé et l’Union des Caisses de Maladies.

Drogues

Le Code du Travail (section protection sécurité et santé des travailleurs) stipule que l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail dans tous les aspects liés au travail. Ceci inclut les problèmes en rapport avec les drogues au travail. Il n’existe pas de législation spécifique en matière de drogues sur le lieu de travail.

Rien ne justifie un dépistage systématique de la toxicomanie dans l’entreprise ; cependant dans certaines entreprises il existe des activités pour lesquelles l’usage des drogues peut mettre en cause la sécurité des travailleurs consommateurs, la sécurité d’autres travailleurs ou la sécurité générale. En cas de suspicion d’utilisation de drogues illicites, il est souhaitable que les travailleurs en question soient soumis par le médecin du travail à un dépistage de drogues afin de déterminer l’aptitude médico-professionnelle.

La Division de la santé au travail suggère de réserver la recherche de drogues (acte strictement réservé au médecin) si possible aux examens d’embauche et de limiter ces tests au strict minimum dans le cadre des examens périodiques. La finalité d’un dépistage ne doit jamais avoir comme but l’exclusion du travailleur ou de lui prouver une faute, mais de faire cesser une situation insécurisante.