Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Protection radiologique dans les applications médicales


L’utilisation de l’imagerie médicale mettant en œuvre des rayonnements ionisants (Radiologie conventionnelle, CT, médecine nucléaire) et non ionisants (ultrasons, Résonance magnétique nucléaire) prend de plus en plus d’ampleur. Un citoyen  luxembourgeois a en moyenne environ 1,2 examens radiologiques par année.

Si le bénéfice des examens d’imagerie pour le patient ne peut pas être nié, il faut aussi considérer que l’irradiation dans ces circonstances a aussi des effets délétères. Il s’ensuit qu’une optimisation de cette irradiation du patient est de rigueur. Les éléments clefs de cette  optimisation, basée sur la législation nationale, se situent à plusieurs niveaux :

  • parc radiologique sous haute surveillance: Chaque appareil radiologique est contrôlé au moins une fois par an pour assurer que la qualité d’image est la meilleure possible avec une dose au patient la plus faible possible.
  • des programmes d’assurance qualité pour les équipements radiologiques dans les établissements hospitaliers et dans le secteur privé ont été établis et sont adaptés aux nouvelles techniques d’imagerie.
  • pratiques radiologiques et irradiation du patient : Des mesures de doses reçues par les patients sont effectués et des niveaux de référence diagnostiques sont établis.
  • divulgation des guides en matière d’ordonnance radiologique: Les sociétés savantes en Europe élaborent de tels guides qu’il s’agit de mettre en œuvre dans les pays membres.
  • sensibilisation et information du patient: Informer le patient sur les bénéfices et risques des examens radiologiques